Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Va-t-on à une future implosion de l’armée birmane?

Puisque les militaires ne s’enrôlent pas forcément par choix dans l’armée, mais le plus souvent par nécessité vitale, presque chaque famille birmane compte au moins un soldat parmi les siens, dans une armée de 400'000 homme pour un pays qui n’a aucune menace extérieur. Tout laisse à penser que de nombreux militaires ne soient pas d’accord avec leur commandement lorsqu’il s’agit de tirer sur des innocents ou de s’en prendre à des moines. Des signes de désobéissance ont été déjà observés auparavant. Ne supportant plus d’exécuter des cruautés, nombre d’entres eux se sont déjà retrouvés parmi les réfugiés en Thaïlande, profondément traumatisés par les actes qu’ils ont commis. Certaines puissantes grandes familles de hauts gradés sont indignées par les brutalités commises contre des moines, que pensent ces hauts gradés-là?.

Quatre officiers ont été arrêtés dans la région de Tachilek, aux abords de la frontière Thaïlandaise (voulaient-ils fuir?) et quatre cents soldats à Mandalay pour refus d’ordres, notamment de tirer sur des manifestants pacifistes et de brutaliser des moines.

Un haut gradé déserteur, passé en Thaïlande, a déjà témoigné d’actes de cruauté qu’on lui avait ordonné et qu’il a refusé lors des rafles dans les monastères. 

Ces désertions et ces arrestations d’un nouveau genre, laisse un espoir sur l’éventuel démantèlement de l’armée.  Peut-t-on imaginer l’armée se retourner contre ses généraux? Un évanouissement du gouvernement par implosion? On peut toujours rêver à ce que le généralissime Than Shwe soit détroussé un jour des souterrains de sa nouvelle capitale -surnommée le trou à rats- et soit remis entre les mains de son peuple. On peut toujours rêver à ce qu’il soit un jour à la barre à La Haye. Louise Arbour le lui a promis, pris vivant on ne le ratera pas.
La chute de l’armée par elle-même, un rêve ou une intuition ?
■Sylvia 
 
Tag(s) : #Birmanie