Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est à contrecœur que je me retrouve dans un fastfood américain, persuadée de perdre mon argent et mes papilles à une triste nourriture qui n'en est plus une dans ce genre d'endroit. J'essaye alors de dénicher une boisson pas trop dénaturée sur les panneaux d'affichage.

Je commande une verveine à une jeune serveuse boutonneuse et timide. Elle me regarde embarrassée en me redemandant ce que je veux. Je répète : une verveine. Devant son désarroi, je précise que c'est une sorte de thé, mais pas un thé noir.
Elle demande à sa voisine de caisse de venir à son aide. La voisine me demande ce que je désire, puisque la première serveuse était incapable de le lui répéter. Je redis : une verveine. Même topo, elle me regarde l'air désemparée. Je reprécise que c'est une sorte de thé et que c'est affiché sur le panneau. Visiblement, elle non plus ne sait pas ce que c'est !
Une troisième serveuse arrive à la rescousse des deux premières et me redemande ce que je veux de si bizarre. Je répète calmement : une verveine. Par ignorance et pour faire court, elle me répond du tac au tac : « on a pas ça ! ».

La dame derrière moi était aussi stupéfaite que moi et grâce à son intervention, l'appel du gérant, j'ai pu avoir ma verveine sans hésitation.

Ce petit fait divers montre toute la profondeur d'une pauvreté socioculturelle chez certains jeunes. Comment ont-ils été nourris ? Que donneront-ils à leurs enfants ? Des frites et du coca ? Je précise que ces trois serveuses étaient parfaitement francophones et probablement étudiantes (donc au bénéfice d'un certain niveau) comme la majorité des employés de cet établissement.
Je suis ressortie de là triste et choquée, constatant que la mal bouffe et l'ignorance de la nature gagne l'humanité inexorablement. ■Sylvia

Tag(s) : #Sur la planète des humains!