Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GENEVE. Fin janvier, nous avons aidés, mon mari et moi, deux indonésiens, Fony et Victor (Yeo dans la presse) alors que leur argent de poche était épuisé, les laissant à la rue. Les détails de leur aventure sont édifiants. Chacun d’eux avaient payé 60 millions de rupiahs, soit l’équivalent de 120 salaires indonésiens (environ CHF 8’000.-) pour un pack: billet d’avion – visas – logement – travail en Suisse, auprès d’une agence de leur ville. Cette dernière leur promettait que dès leur arrivée, tout serait organisé, ils pourraient échanger leurs visas touristiques contre d’autres documents de séjour. Ils se sont endettés pour quitter leur pays de misère, confiants, puisque l’agence leur promettait un salaire de CHF 3’000.- en Suisse, ce qui permettrait le remboursement de leur mise en 5-6 mois. Mais à l’arrivée ici, point d’accueil, pas de logement et encore moins de travail ! Pire encore, Fony et Victor ont étés rackettés par un «ange gardien» embarqué avec eux à Jakarta, il a exigé de l’argent de poche à l’arrivée, CHF 850.- par mois chacun sur leurs futurs salaires, contre leur installation en Suisse. Impuissant, il a très vite disparu.

 

Révoltée que l’ambassade suisse puisse être impliquée et corrompue, j’ai décidé d’alerter la presse et les autorités pour qu’un éventuel réseau soit démantelé. «Le Matin» s’est emparé de l’affaire. Une enquête policière a été ouverte, l’accompagnateur a été interpellé et expulsé. Il semble que cela ne plaise pas à tout le monde ici, mon mari et un ami, tous deux indonésiens, ont reçus des menaces…

 

Au moment où la situation politique d’émigration se durcit en Suisse, il est tout à fait scandaleux qu’on octroie un visa touristique de dix jours à un ressortissant indonésien comme Victor. Que pourrait-il bien faire en Suisse ? Lui qui ne gagne que CHF 80.- par mois, qui ne parle même pas l’anglais, qui n’a jamais pris de vacances et qui ne connaît personne en Suisse... Du tourisme ? Le DFAE* alerté affirme que les visas Schengen ont été délivrés avant les visas suisses par le consulat espagnol, ce qui en a facilité leurs établissements. Je veux bien, mais les billets d’avion, obligatoirement présentés pour cela, étaient bien à destination de Zürich et non pas Madrid. Comment le visa Schengen a-t-il été obtenu aussi facilement chez nos amis espagnols ? Un vrai mystère.

 

Le DFAE campe sur ses réserves, leur seul souci étant de ne pas avoir d’employé corrompu au sein de l’ambassade à Jakarta. Il semble que ce ne soit pas le cas, l’honneur est sauf ! Excepté pour Fony et Victor qui sont repartis chez eux, ne voulant en aucun cas rester clandestins ici. Ils se retrouvent sur le carreau, honteux et endettés. Victor n’a plus de travail, ses enfants doivent renoncer à l’école qui est payante en Indonésie, quant à Fony sans job elle non plus, contrainte de louer son logement, elle s’est réfugiée chez son frère. Ils sont dépressifs, désespérés et nous demandent: que fait la Suisse pour nous ? Le DFAE s’en lave les mains, rien à espérer de ce côté-là.

 

Qu’en est-il de l’agence qui leur a vendu le «kit» de voyage et qui continue son business en toute impunité? En Indonésie où la corruption fait loi, ilest impossible de poser plainte sans payer une grosse somme, quant au recours à un avocat il serait encore moins à la portée de mes deux amis complètement ruinés. La dame de l’agence a fait remarquer à Victor réclamant des comptes, qu’il est inutile de venir l’intimider avec son beau-frère policier car elle connaît des hauts gradés. Ne se sentant pas responsable, elle ne remboursera pas un sous, en ajoutant que c’est la faute à Victor s’il n’a pas trouvé de travail en Suisse car il est trop bête !

 

Fony et Victor sont donc totalement impuissants face à l’injustice dont ils sont victimes, que ce soit en Suisse ou dans leur pays. Faute de pouvoir obtenir un dédommagement, nous avons décidés d’organiser une collecte en leur faveur.

 

Cette affaire a encore trop de zones d’ombres, je n’en resterai pas là ! Jamais je ne pourrai oublier la détresse et le désespoir dans leurs yeux.

 

*DFAE Département Fédéral des Affaires Etrangères

Tag(s) : #Faux visas pour la Suisse